Save the date !

Le programme de la 21e édition du festival TERRITOIRES EN IMAGES est enfin disponible! Du jeudi 23 novembre au samedi 25 novembre, venez redécouvrir le cinéma et la photographie à travers les regards croisés d’artistes, de techniciens, d’enseignants et d’étudiants à l’Institut de géographie de Paris (191 rue Saint-Jacques, 5e arrondissement).

Une sélection de 11 séries photographiques sera exposée dans le hall de l’Institut de Géographie du jeudi 23 au samedi 25 novembre 2017. Le vernissage aura lieu le jeudi 23 novembre à 18h.

A partir du vendredi 24 novembre à 14h, et jusqu’au samedi 25 au soir, venez participer aux projections-débats dans le Grand Amphi de l’Institut de géographie. Ce sera l’occasion de découvrir une sélection de 10 films documentaires privilégiant différents regards sur le réel et sur les territoires.

Entrée libre et gratuite, pour petits et grands !

Participez à l’événement sur Facebook, et propagez la nouvelle !

 

/// PROGRAMMATION

JEUDI 23 NOVEMBRE /// à 18h : Vernissage de l’expo photo

Julien BAROGHEL, Celles du foot (Lycée du Mirail, Toulouse, France)
Benjamin BECHET, 1km², Les Patûrages (Rome, Italie)
Leila DANEROL, Territoire égaré (Allemagne)
Emmanuel PARRAUD, Le royaume (Sligo, Irlande)
Pascal GARRET, Territoires de la récupération, territoires de la marge ? (Le Caire, Casablanca et Istanbul)
Olivier GASSIES, Le voyage suspendu (Calais, France)
Lucie GUESNIER, Stigmates au présent (Îles Svalbard, Norvège)
Stéphane HUREL, Quartier de l’Eglise, territoire en déconstruction (Blainville, France)
Yves LE FLEM, Choulle (Tricot, Oise, Plateau Picard, France)
Sébastien POIX, Callejeros (La Havane, Cuba)
Olivia ZARCATE, Chromatic cities (Hong Kong)

VENDREDI 24 NOVEMBRE /// Projections-débats

14h : Zone Rouge, de Laetitia MOREAU et Olivier DUBUQUOY (52min)

Une mine d’alumine rejette des boues rouges depuis 50 ans en Méditerranée. Des dirigeants justifient ces pratiques et s’engagent dans la transformation des déchets. Des opposants dénoncent une désinformation toxique.

15h15 : Vivre avec son œil, de Naïs VAN LAER (53min)

A 80 ans, le photographe Marc Garanger revient sur sa carrière et nous raconte ce qui est au fondement de son regard : la guerre d’Algérie, les goulags du grand Nord soviétique, la résistance des peuples autochtones de Sibérie et l’inlassable lutte pour la décolonisation de la pensée.

16h30 : Les Tisserands, d’Antoine MELCHIOR (60min)

Ici, tisserands et couturières conjuguent le temps de la mondialisation avec celui d’une vie locale préservée. Des ateliers de confection à la traditionnelle fête de l’Ours. Suivons les fils qui lient ces hommes de cette vallée.

17h50 : Congo Paradiso, de Benjamin GEMINEL et Tristant THIL (56min)

Contre les traumatismes de la deuxième guerre du Congo, une auteure belge met en scène une pièce avec les enfants confrontés aux conflits.

SAMEDI 25 NOVEMBRE /// Projections-débats

10h : La guerre du vin, de Sébastien LE CORRE (52 min)

Dans les années 60/70, les viticulteurs du Midi, regroupés en « comités d’action viticoles » luttent pour freiner les importations de vin, réguler le marché agricole. La tension monte, jusqu’au 4 mars 1976 lors d’une manifestation qui fait 2 morts, des blessés par dizaines, et un paysage syndical qui, depuis, reste pétrifié à l’idée de rejouer la même tragédie.

11h15 : Planète Marseille, Enfants des Comores, de Charlotte PENCHENIER (52min)

Une communauté comorienne entre 1ère et 2ème génération immigrée. Où comment se composent et évoluent les rapports aux cultures qui façonnent de nouvelles manières de vivre.

14h30 : Vukovar(s), de Grégoire OSOHA et Timothée DEMEILLERS (53min)

Plus de 20 ans après la fin de la guerre en ex-Yougoslavie, la ville reste marquée par cette épreuve. Encore plus que les murs, les esprits en gardent des traces profondes. La division silencieuse entre croates et serbes reste une réalité prégnante.

15h45 : Corps, de Benjamin d’AOUST (16min)

Les murs d’une prison. Les voix, les cris des prisonniers échappent à la litanie des jours.

16h20 : Loin du Cap Nègre, de Guy GIRARD (8min)

Des cabines, des enfants, des estivants, des plages, des cerfs-volants et des lumières du Nord… Un documentaire à la forme originale.

16h50 : Derrière les pierres, de Magali ROUCAUT (59min)

Dans un ancien quartier populaire de Paris, la dernière usine va disparaître, sans bruit. Accrochés à la façade, des panneaux d’un promoteur immobilier annoncent déjà sa transformation en immeuble d’habitation. Derrières les murs, les ouvriers encore au travail. Leur parole émerge à travers le son des machines. Un chœur de voisins résonne dans la rue et révèle la violence sourde des mutations de la ville.

19h00 : Remise des prix aux cinéastes et aux photographes

Plan de travail 1 copie 2.png

En espérant vous retrouver nombreux à cet événement cher à nos yeux, pour partager moments de rencontres et de débat, et œuvres audiovisuelles édifiantes !

L’équipe d’Arrimage

Détenues

De retour de Prague, l’association Arrimage se tourne vers les prisons françaises.

Elles s’appellent Betty, Edith, Françoise et Danièle. Elles ont été condamnées à de longues peines parce que, pour la plupart et comme elles le disent à mots couverts, elles ont « enlevé la vie à quelqu’un ». Elles regrettent leurs actes mais elles en assument le prix, et elles témoignent à visages découverts ; dispositif inédit qui prend soin de conserver un voile de pudeur.

Détenues, de Marie Drucker (2015, 60min)
Mardi 24 octobre 2017, à 20h30

8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010 Paris

Belleville s’invite à Prague

Mardi prochain, dans notre salle de projection à Belleville, venez découvrir les deux courts pragois que Violette DEFFONTAINES a réalisé lors de son année d’école en République Tchèque à la FAMU.

Mardi 17 octobre, à 20h30

8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010 Paris

Nos Coquilles.jpgNos coquilles, 16mm, 9 min, 2017

 

Grands ensembles, pavillons, chantiers, escargots. Enfants, cailloux, Ponge, Corbu. Une balade en banlieue de Prague, réflexion sur la forme à donner aux villes. « Soleil, espace, verdure ». Il est question de proportions, de dispositions et de besoins humains.

 

Après-coup.jpg

Après-coup, HD, 18 min, 2017

Choix, engagements, respect. Jarda vit dans une cabane au nord de Prague. C’est ton ami. Son portrait dérive. Réalisation collective, portrait collectif.

Le festival TERRITOIRES EN IMAGES est reporté fin novembre !

Le festival de film documentaire et de photographie, organisé par notre association, est malheureusement reporté une nouvelle fois, et n’aura finalement pas lieu fin octobre du fait de l’indisponibilité de l’amphithéâtre de l’Institut de Géographie qui doit accueillir les projections vidéo.

La 21ème édition du festival « Territoires en images » aura lieu du jeudi 23 au samedi 25 novembre 2017, à l’Institut de Géographie, Paris 5e.

Nous tenons à nous excuser auprès des participants, et espérons vous voir nombreux !

D’ici au festival, nous vous accueillons tous les mardis soir dans notre salle de projection à Belleville (8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010 Paris). N’hésitez pas à venir débattre et à nous faire part de vos attentes pour les prochaines semaines.

Sincèrement,

L’équipe d’Arrimage

LA projection

De retour de l’Opération Lune, au cours de laquelle nous nous sommes aventuré-e-s dans les ambiguïtés du mensonge documentaire, l’association Arrimage vous emmène à Sokolo, au Mali.

Mardi prochain, nous nous rassemblerons autour du témoin discret du cinéaste Abderrahmane Sissako dans le village où il a tourné « La vie sur terre », et où il souhaite partager un moment de cinéma dont les villageois avaient été les acteurs et dont ils deviendront les spectateurs. Un film dans un film, dont le rapport au cinéma essentiel est de l’ordre de la sensation.

La projection, de Marie Jaoul de Poncheville (1999, 26min)

Mardi 10 octobre, à 20h30

8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010 Paris

N’hésitez plus !