Herzog ou rien !

Bonjour à tous !

L’association Arrimage se donne à fond pour vous concocter un fabuleux festival en avril prochain. Nous recevons déjà des oeuvres, et en attendons d’autres ! Cinéastes, documentaristes, n’hésitez plus à nous envoyer vos films pour candidater au festival Territoires en Images 2017.

Pour bien débuter l’année, l’association se réunit pour projeter un film de Werner Herzog, l’un des représentants majeurs du Nouveau Cinéma Allemand :

Die Große Ekstase des Bildschnitzers Steiner

1974 – 45min – West Germany

Mardi 17 janvier 2017 – 20h

8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010 Paris

Ce documentaire, réalisé pour la télévision allemande, s’intéresse à Walter Steiner, champion du saut à ski dans les années 1970, et qui travaillait comme sculpteur sur bois. Le film présente la quête de Steiner pour battre le record du monde, et les risques impliqués dans le sport.

N’hésitez pas et venez (re)découvrir un des réalisateurs les plus influents du cinéma allemand.

The great ecstsy of woodcarver steiner.jpg

Prochaine étape : le festival

La 21ème édition du festival « Territoires en Images » se prépare !

Le festival aura lieu les 20, 21 et 22 avril 2017 à l’Institut de Géographie (Paris 5e) et accueillera, comme chaque année, deux compétitions : film documentaire et photographie. Cet événement vous propose de découvrir des travaux originaux, et d’ouvrir un dialogue entre auteurs, professionnels et spectateurs afin d’échanger des regards sur les enjeux conceptuels, techniques, artistiques, scientifiques ou encore politiques que revêtent les démarches cinématographiques et photographiques.

Nous lançons dès maintenant un appel à participation, auquel vous pouvez répondre en remplissant les formulaires d’inscription. Les oeuvres doivent être envoyées avant le 3 février 2017.

————————————————————————————————————————————-

L’association Arrimage lance, à titre exceptionnel, une campagne de crowdfunding sur lepotcommun.fr. Nous sommes soutenus par le FSDIE à hauteur de 2300€ mais, cette année, pour couvrir toutes les charges du festival, nous avons besoin de vous ! L’argent partagé servira à :

– récompenser les réalisateurs et photographes primés

– construire une scénographie pour l’exposition photo

– imprimer affiches et flyers

Merci de nous suivre et de cheminer à nos côtés dans l’aventure Territoires en Images 2017.

En vous souhaitant à tous une heureuse année 2017 !

A très bientôt,

L’équipe Arrimage

Medium Cool, 1969

« Au delà du temps de l’innocence… dans l’ère de la conscience ».

Combinant récit fictif et techniques documentaires, de manière à remettre consciencieusement en question les deux approches, ce film examine la façon dont les médias opèrent, les responsabilités de ceux qui les emploient et les diffusent, et la grande confusion dans laquelle l’Etat fédéral nord-américain se trouvait dans le contexte de la guerre du Vietnam.

Alors que le pays est en pleine agitation sociale, Haskell Wexler décide de faire un film sur ce qui peut bien se passer. Cette représentation de l’environnement professionnel et de la vie sentimentale d’un caméraman de télévision (Robert Forster) est un instantané viscéral d’une époque, culminant sur un long plan tourné au cœur des émeutes qui accompagnèrent la Convention Nationale du Parti Démocrate à Chicago.

Medium Cool, de Haskell Wexler (1969)

1h51 – Film américain – version originale sous-titrée en français

Mardi 6 décembre 2016, à 20h

Métro Belleville ou Goncourt
Afficher l'image d'origine
Bande annonce en version originale :
https://www.youtube.com/watch?v=o6vQlm0CTzE
Au plaisir d’en débattre avec vous !

Une enquête sur les sexualités

« Pour vous, la sexualité c’est important dans la vie ? »; « Es-tu pour le divorce ? »; « Que pensez-vous de ce que Freud appelle la libido ? »; « As-tu déjà entendu parler des anormalités sexuelles ? »

Telles étaient les questions posées par Pier Paolo Pasolini dans son film de 1964 « Comizi d’Amore ». Sur les traces du cinéaste italien, le film se présente comme une enquête sur les sexualités en France. C’est une exploration du langage, des formes et des questions qui nous traversent sur la thématique des sexualités. Mêlant l’écriture du réel à celle de la fiction, il n’a pour ambition que celui « d’explorer voire de provoquer des témoignages, et des rencontres sur un sujet qui se trouve à la fois sur-investi et partiellement commenté par tout un chacun. »

L’association Arrimage aura l’honneur d’accueillir Léa Aurenty, réalisatrice du film « Les uns contre les autres », dans le cadre de sa projection : une occasion exceptionnelle de découvrir et de comprendre les intentions et les choix des réalisateurs.

Les uns contre les autres, de Léa Aurenty et Yann Ducreux (2016)

Mardi 29 novembre 2016, à 20h

8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010 Paris

Métro Belleville ou Goncourt

Les uns contre les autres2.jpg

Synopsis : Une petite équipe s’installe sur le trottoir de villes petites et grandes, se promène dans la rue, suit les mouvements de plusieurs danseurs ou la douceur de quelques pixels, provoquant la rencontre des mots et des corps sur les thématiques de l’amour, du sexe et des sexualités.

Pour les curieux et impatients, voici la bande-annonce :

Venez nombreux !

Délits flagrants

 

L’équipe d’Arrimage a le plaisir et l’honneur de vous annoncer la projection tant attendue de « Délits flagrants » de Raymond Depardon, qui se déroulera jeudi prochain dans notre local. La séance sera suivie, comme de coutume, d’un débat ouvert qui permettra à chacun d’exprimer son point de vue sur la forme filmique, son décryptage de l’intention implicite  et du message explicite du réalisateur, ou sur l’ancrage contextuel du film.

Dans « Délits flagrants », le photographe et documentariste Raymond Depardon installe sa caméra dans les couloirs du Palais de Justice de Paris. Il filme des comparutions immédiates et révèle, grâce à un cadrage saisissant, toute la complexité de l’humain chez les prévenus comme chez les procureurs.

Jeudi 24 novembre 2016, à 20h

8 bis rue du Buisson Saint-Louis, 75010

Métro Belleville ou Goncourt, au fond de la cour à droite

Délits flagrants de Raymond Depardon

1h45 – 1994

A travers une longue série d’interrogatoires filmés en plan fixe, dans les bureaux de la 8e section du Palais de justice de Paris, Raymond Depardon montre des prévenus d’actes de petite délinquance brutalement confrontés à la machine judiciaire.

Afficher l'image d'origine

Pour les plus curieux, voici un court extrait du film :