Arrimastage 2013 – 2014

Arrimage a proposé en 2014 un atelier documentaire animé par Camille Aurelle et Matthieu Bareyre. D’une durée de 85 heures, cette formation a été pensée comme une initiation en action aux différentes étapes de fabrication d’un film documentaire : choix du sujet, écriture, repérage, tournage, montage et, enfin, diffusion. Les 6 participants, répartis en deux groupes de trois, pourront ainsi réaliser un court-métrage documentaire à partir du domaine de recherche suivant : le sacré.

Si le religieux relève du sacré, le sacré ne se réduit pas au religieux. Les mouvements de sécularisation et de laïcisation en Occident menés depuis le XVIIIe siècle esquissent le portrait d’une notion en mouvement, toujours capable de débordements, mobilisée pour qualifier jusqu’aux phénomènes au premier les plus profanes : nouvelles transes musicales, rites sportifs et nouveaux « dieux du stade », expérience esthétique prise au contact d’objets de consommation, sublimation des sentiments amoureux, appels écologiques à retrouver une communion avec une Nature trop délaissée,  principes politiques de Nations hissées en absolu, etc. Notre époque nous rappelle en permanence qu’il n’est pas une chose ou un évènement qui ne soit susceptible de connaître un processus de sacralisation : la ligne du sacré et du profane semble bien être cette « catégorie fondamentale » de l’humanité évoqué par les anthropologues, une pulsion par laquelle l’être humain ne peut pas s’empêcher de « classer les objets du monde sur une échelle de force verticale » (Albert Assaraf).

C’est donc cela qu’il faut faire : se servir des formes documentaires du cinéma pour aller chercher le sacré là où nos contemporains ne le soupçonnent pas encore ; s’efforcer de mettre en lumière, c’est-à-dire en images, les objets qui font actuellement l’objet d’une sacralisation et comprendre les mouvements de construction ou de déconstruction par lesquels se font et se défont l’aura particulière qui entourent des objets, des comportements ou des phénomènes actuels.

 

 Matthieu Bareyre vient de se lancer dans la carrière de cinéaste après un master de recherche en logique fait entre la sorbonne et l’ENS de Lyon. Son  travail portait sur le concept de fiction chez Nelson Goodman, logicien  américain du XXe siècle. Depuis, il réalise son premier film, « Nocturnes », un documentaire de création parallèlement à son activité de critique pour Vertigo et les Cahiers du Cinéma.

 

Camille Aurelle est cinéaste documentariste. Diplômée en Histoire (Montpellier III) et cinéma documentaire (Lussas), elle co-réalise en 2010 un film collectif « A bras d’corps ». En 2011, elle travaille comme coordinatrice technique pour les Ateliers Cinéma de l’université de Paris VII. Aujourd’hui, elle participe à la revue de cinéma Vertigo et termine un moyen métrage documentaire, « La seconde famille ».

Nous contacter – Objet : formation arrimastage 2013 – 2014

Arrimastage Arrimastage1 Davidson-Felissaint Fanny-Courric FrancoisChambeu RenataMolina Arrimastage2

De gauche à droite:  Matthieu Bareyre, Camille Aurelle, Françoise Chambeu, Davidson Felissaint, Renata Molina et Fanny Courric

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close